Um6ien

Lettre d’un condamné

« Tout ce qui brille, tout ce qui est précieux… ternis si vite pour ne plus jamais revenir… ».

« Il ne me reste plus pour longtemps. Je n’ai pas le COVID, mais un cancer de la prostate qui s’est métastasé et qui se balade comme bon lui semble dans mon organisme.

J’ai toujours été un bon vivant, même un épicurien. Les plus petites choses de cette vie d’ici-bas pouvaient me réjouir au plus au point. Je profitais mais je prenais quand même mes précautions. Je ne buvais pas, je ne me droguais pas, je ne jouais pas mon argent… mais je profitais plus sainement et le plus simplement du monde.

Je sais que je partirais dans peu de temps, mais il y a des pensées qui me taraudent l’esprit. En cette période de pandémie qui a poussé les humains de la terre entière (quasiment) à se confinés.

Des gens sont partis, d’autres sont comme moi, entre la vie et l’au-delà et d’autres tuent le temps en attendant que le temps les tue. Comme on dit : « le temps est un bon maître qui finit toujours par tuer ses élèves. »

Ce que j’observe du sommet de mon lit de mort, c’est que ce confinement (qui a duré jusqu’à maintenant plusieurs mois) a entrainé des effets néfaste sur la société, pas seulement économiques. En effet, certains se sont adaptés et d’autres morfles à mort (sans mauvais jeu de mots). Au point que ça à entraîner chez ces derniers, des symptômes semblables aux symptômes de choc post-traumatiques. Les gens sont devenues paranoïaques (à juste titre), on n’enterre plus nos morts comme il se doit, les gens s’ennuient et ne savent que faire de leur temps,  ils sont devenus flemmard, moins chaleureux et au bord de la dépression.

Lisez, regardez, écoutez, jouez, …, parce qu’à un moment, il sera trop tard. Notre religion dit qu’il y a 2 choses que les enfants d’Adam n’apprécient pas à leur juste valeur. La santé et le temps libre. Finalement, on est tous dans le même bateau.

Récemment, un ami m’a appelé et me disait qu’il a gagné en bourse une certaine somme d’argent, un autre me disait qu’il est à son 24e livre depuis le début du confinement, quelques autres ont appris à cuisiner, ou appris à jouer d’un instrument de musique et j’en passe sûrement.

On a tous au moins 2 personnalités en nous, heureusement sinon on se serait ennuyé en nous. Ça tombe bien. Mais tachez de toujours retenir le meilleur chez les autres, et c’est là mon inclination à me hâter de juger, à mon époque les gens buvaient avec excès et plus nous étions en harmonie et en diapason avec notre temps et plus nous buvions, et aucun d’entre nous n’a apporté quoi que ce soit de neuf ; d’où mes regrets. Car je faisais partis de ces gens (mais sans le coté buverie). Mais j’étais quand même parmi eux.

La seule chose que je peux vous laissez c’est l’espoir. Mais pas n’importe lequel, l’espoir qui est tellement chevillé au corps, tellement sensible, qui nous permet de détecter un tremblement de terre à 10 000 km à la ronde. Donner à votre prochain, votre sourire le plus beau et le plus rare… qu’on ne croise que 4 ou 5 fois dans toute une vie, ce genre de sourire qui semble croire et comprendre votre prochain comme vous aimeriez vous-même recevoir. Parce que tout part de la …

Souriez, profitez, comportez-vous bien, occupez-vous bien de vos parents, saluez vos voisins et garder espoir. »

 

Il est partit un soir d’automne, sans crier gars avec le sourire aux lèvres…

La vie humaine est précieuse et la sienne est partie et ne pourra plus jamais revenir…

 

Rédacteur en chef : Karim Chami (Pharmacie UM6SS , rédacteur en chef en français )

Saad Chraibi

Saad Chraibi

Psychomotricité UM6SS
Rédacteur en français

Suivez nous

Entrez en contact.