Um6ien

Edgar Degas

 

 La peau, un prunier d’Éden

 

Son corps sous l’eau se devinait

 

Je la regardais, les lèvres muettes

 

Se mouvoir, onduler l’eau, ma voix fluette

 

Mon être pâmé, d’extase et angoisse

 

Un souffle, un regard, un mot  pour que tout s’embrase

 

Tu viens à moi tel un mirage dont m’échappe les rouages

 

Mes yeux éperdus, voguant à corps sur les collines

 

En Homme craintif, un garçon sans âge

 

Des lignes, des arabesques opalines

 

Le voyage des larmoiements  perlant de sa chair

 

Si je vous le disais pourtant que je vous aime

 

 Que mon amour est pour vous un amour sans ère

 

Si je vous disais que mes mois, mes jours de silence

 

A peiner dans l’ombre, souffrir de votre insouciance

 

L’indifférence chagrine-t-elle plus que la haine

 

Ces yeux d’azur ourlant, la bouche vermeille

 

Je pense à vous, fantôme de mon sommeil  

 

Me puniriez vous si les mots quittaient ma bouche

 

M’en voudriez vous si j’ose, si j’effleure, si je touche

 

Je la regarde encore, plongée dans son bain

 

 La femme d’Edgar Degas, l’éponge à la main

 

 Et j’imagine ce corps madone, si doux

 

 Femme, on ne peut-être plus femme que vous

 

 

Ghita Bendani

Ghita Bendani

Médecine générale UM6SS
Membre fondadrice du journal
Rédactrice et rédactrice en chef en anglais et français
Gagnante du prix franciades 2017
Gagnante concours des jeunes journalistes pour l’environnement 2017
Gagnante concours HEM : graine de citoyen des joutes oratoires édition 2018

Suivez nous

Entrez en contact.